Bourvil – A Dada – 1958

BOURVIL_portrait

A Dada

1958

Je vais vous chanter à cheval, à cheval, vous comprenez ?
à dada, vous allez voir, c’est bien aussi…

Quand papa demanda à ma mère
« Voudrais-tu m’épouser à dada »
ma maman répondit pour lui plaire
on ira se marier à dada
mais au lieu de dire oui devant l’maire
tout émus ils ont dit à dada
après ça aussitôt ils allèrent
a midi, au dodo, à dada…

[Refrain] :
àààà dada, àààà dada
et fouette fouette fouette
fouette fouette laaa…

au refrain, avec moi, à dada

quand maman recevait le notaire
on servait le café à dada
quand papa pêchait dans la rivière
il trempait l’asticot à dada
le dimanche on faisait la prière
a genoux mais tjrs à dada
et pendant ce temps la le grand père
jouait aux billes en faisant « a gaga »

[Refrain]

plus fort j’en entends un qui chante pas dans l’fond

mes cousins mes 2 sœurs et mon frère
pratiquaient le tennis à dada
grand maman quand elle fut centenaire
a fumé un cigare à dada
le docteur pour soigner mon grand père
lui glissa l’thermomètre à dada
vous voyez qu’ici bas sur la terre
tout va bien quand on est à dada

[Refrain]

à dada, à dada, à dada, à dada, da, da…

Bourvil
LES ABEILLES

1965

L’essaim se gonfle et s’abandonne
À la caresse du printemps
Et, dans la ruche, tourbillonnent,
Prêtes à prendre leur élan,

Bzz, bzz, bzz,
Bzz, bzz, bzz… les abeilles!

Se posant par cent et par mille
Sur les fleurs qui s’ouvrent à peine,
Elles butinent leur pistil
Pour en extraire le pollen,

Bzz, bzz, bzz,
Bzz, bzz, bzz… les abeilles!

Ces gentilles petites bestioles
Fabriquent d’abord de la cire.
Elles y font des alvéoles,
Doux petits nids pour bien dormir,

Bzz, bzz, bzz,
Bzz, bzz, bzz… les abeilles!

Mais gare à celui qui s’égare
Au milieu d’elles, par hasard.
Il aura beau s’enfuir dare-dare,
Il sera piqué par le dard.

Bzz, bzz, bzz,
Bzz, bzz, bzz… les abeilles!

Quand vient le grand jour de la ponte,
La reine doit faire de son corps don
Et dans l’azur elle monte, monte,
Poursuivie par tous les bourdons.

Bzz, bzz, bzz,
Bzz, bzz, bzz, ça va être sa fête!

C’est celui qui la rattrapera
Qui sera le bourdon papa,
Mais, tout de suite après, il mourra
Pour avoir donné tout ce qu’il a.

Bzz, bzz, bzz,
Bzz, bzz, bzz, vaches d’abeilles!

Si tous les hommes ici-bas
Devaient mourir à ce moment-là,
J’en connais plus d’un, croyez-moi,
Qui y regarderait à deux fois.

Bzz, bzz, bzz,
Bzz, bzz, bzz, à d’autres!

Heureusement que c’est pas demain la veille
Que les femmes deviendront abeilles.
Dans ce cas, je dors sur mes deux oreilles
Et je dis miel aux petites abeilles.

Pensez bien, moi quand je suis avec ma fiancée,
Je me fiche pas mal des abeilles…
Les abeilles… Je me demande un peu…
Enfin, allez, à la ruche… A la ruche…

Publicités

6 réflexions au sujet de « Bourvil – A Dada – 1958 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s